Victor Hugo ; Arthur Rimbaud ; Jean Tardieu ; Gilles Vignault

Victor HUGO

Demain, dès l’aube...

  • Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

  • Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

  • Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.


Arthur RIMBAUD

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans

  • On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans

Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,

Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !

On va sous les tilleuls verts de la promenade.

  • Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !

L’air est parfois si doux, qu’on ferme la paupière ;

Le vent chargé de bruits, - la ville n’est pas loin -

A des parfums de vigne et des parfums de bière...

  • Voilà qu’on aperçoit un tout petit chiffon

D’azur sombre, encadré d’une petite branche,

Piqué d’une mauvaise étoile, qui se fond

Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

  • Nuit de juin ! Dix-sept ans ! On se laisse griser.

La sève est du champagne et vous monte à la tête...

On divague, on se sent aux lèvres un baiser

Qui palpite là, comme une petite bête...

  • Le coeur fou robinsonne à travers les romans,

Lorsque, dans la clarté d’une pâle réverbère,

Passe une demoiselle aux petits airs charmants,

Sous l’ombre du faux-col effrayant de son père...

  • Et, comme elle vous trouve immensément naïf,

Tout en faisant trotter ses petites bottines,

Elle se tourne, alerte, et d’un mouvement vif...

Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

  • Vous êtes amoureux. Loué jusqu’au mois d’août.

Vous êtes amoureux. Vos sonnets la font rire.

Tous vos amis s’en vont, vous êtes mauvais goût.

Puis l’adorée, un soir, a daigné vous écrire !...

  • Ce soir-là,... vous rentrez aux cafés éclatants,

Vous demandez des bocks ou de la limonade...

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans

Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade.


Jean TARDIEU

La môme néant

(Voix de marionnette, aigüe, cassée,
caquetante, voix de fausset.)

Quoi qu'a dit ?

__ A dit rin.

Quoi qu'a fait ?

__ A fait rin.

A quoi qu'a pense ?

__ A pense à rin.

Pourquoi qu'a dit rin ?

Pourquoi qu'a fait rin ?

Pourquoi qu'a pense à rin ?

__ A' xiste pas.


Voici des vers de Gilles Vignault, très bien pour le futur et du lexique , entre autres exploitations. Notez aussi le québecisme...

Gilles VIGNAULT

Le Poète

Je prendrai dans ma main gauche

Une poignée de mer

Et dans ma main droite

Une poignée de terre,

Puis je joindrai mes deux mains

Comme pour une prière

Et de cette poignée de boue

Je lancerai dans le ciel

Une planète nouvelle

Vêtue de quatre saisons

Et pourvue de gravité

Pour retenir la maison

Que j’y rêve d’habiter.

Une ville. Un réverbère.

Un lac. Un poisson rouge.

Un arbre et à peine

Un oiseau.

Car une telle planète

Ne tournera que le temps

De donner à l’Univers

La pesanteur d’un instant.