Bilan d’étape 2011

(actualisé le )

PROJET POUR LA SCOLARISATION DES ENFANTS DU VOYAGE

BILAN D'ETAPE 2011

Description du dispositif

â–º En fin de cycle 3 à l'école élémentaire, 80% des enfants du voyage se soustraient à l'inscription en classe de sixième, soit du fait d'une déscolarisation pure et simple, soit par le biais d'une inscription au centre national d'enseignement à distance (CNED) malgré l'absence de justification d'une mobilité familiale significative.

L'objectif est double

ETAPE 1 : amener les jeunes à s'inscrire en sixième et à suivre leur scolarité dans leur collège de secteur (en évitant les demandes non justifiées d'inscription en SEGPA)

ETAPE 2 : les encourager à y poursuivre la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans.

â–º Une première expérimentation a été menée au titre de l'année 2010/2011 avec l'appui du Fonds Social Européen.

Cette expérimentation a été mise en place dans deux collèges du Val d'Oise, sur la base du volontariat des établissements et de leurs équipes. Elle a concerné 33 enfants du voyage inscrits dans les classes ordinaires (tous niveaux) des deux collèges.

Afin de rassurer les familles et leurs enfants et de les familiariser avec la démultiplication des enseignants dans le second degré, le dispositif consiste à détacher sur son temps de service un professeur des écoles qui exerce en école élémentaire sur un poste spécifique (EDV) pour lui permettre d'assurer (quelques heures par semaine) le suivi de ses élèves de CM2 au sein du collège de proximité.

L'action a été testée sur deux secteurs géographiques regroupant des enfants du voyage de façon significative : deux écoles élémentaires ont été identifiées, qui ont assuré le lien avec leur collège de secteur par le biais du professeur des écoles spécialisé.

Dans les collèges de secteur, ces deux professeurs des écoles ont assuré un soutien personnalisé avec ceux des adolescents du voyage pour lesquels cela s'est avéré nécessaire. L'engagement personnel de chacun de ces jeunes a été sollicité, et concrétisé par la signature d'un « contrat d'assiduité  ». Les interventions de ces enseignants ne consistent pas en une aide aux devoirs, mais en remédiation aux lacunes identifiées en référence au socle commun des connaissances et des compétences. Et cela jusqu'à la fin de la classe de troisième si nécessaire.

• Les établissements ciblés sont exclusivement des collèges relevant du secteur géographique des familles

• Tous les élèves concernés sont prioritairement inscrits dans les classes ordinaires, sans constitution de filières

• Seuls les enfants du voyage nécessitant un soutien relèvent de ces postes d'appui

â–º Valeur ajoutée du cofinancement communautaire et sa mesure
Dans le cadre de ce dispositif expérimental, le FSE permet d'établir une passerelle entre l'école élémentaire et le collège de secteur, en favorisant l'intervention de deux professeurs des écoles qui assurent la coordination entre les deux instances, mais aussi la médiation à l'intérieur des collèges avec les équipes éducatives.

Le cofinancement communautaire permet aussi l'achat de matériel pédagogique spécifique comme des dictionnaires, des cahiers d'activités écrites, des logiciels d'apprentissage de la lecture et de l'écriture..
Les deux professeurs des écoles détachés dans les collèges ont apporté à 21 adolescents du voyage scolarisés de la 6ème à la 3ème une aide renforcée pour favoriser la poursuite de leurs études.

â–º Mesure de la valeur ajoutée du cofinancement communautaire : résultats de l'expérimentation menée en 2010/2011

ï § Sur le plan de la poursuite de la scolarisation

* Tous les élèves qui ont bénéficié de ces cours de soutien sont passés en classe supérieure

* Concernant les 7 élèves de troisième, on note : 1 CAP Restauration / 1 CAP Chaudronnerie / 2 inscriptions au lycée / 2 Vie active (entreprise familiale) 1 abandon

ï § Sur le plan des inscriptions au CNED

Un recul sensible des demandes d'inscription au CNED semble se dessiner, puisqu'on note 14 nouveaux EDV inscrits en sixième pour la rentrée scolaire 2011 au collège d'Herblay : les attitudes « d'évitement  » des familles par rapport au second degré commencent à se résorber.

ï § Sur le plan du comportement

* Le taux d'absentéisme a été réduit à zéro

* Les deux chefs d'établissement et l'ensemble des équipes éducatives signalent le changement d'attitude manifeste des élèves : bonne volonté ; amélioration significative des résultats et de l'investissement personnel ; absence de violence